L'Islande

Paysages glacés et volcaniques…

Islande - monde Placeholder
Islande - monde

Qui n’a pas rêvé de tout quitter pour aller se perdre dans une nature intacte et fouler des terres vierges préservées. Soyez donc les bienvenu(e)s en Islande réputée pour la beauté naturelle de ses paysages, leur étendue et leur caractère préservé.
L’Islande (littéralement « terre de glace » en islandais) rassemble les plus beaux trésors de notre planète terre : volcans, glaciers, des geysers, chutes d’eau, petits villages de pêche scandinaves, fjords, désert, plages de sable noir… En route pour l’aventure !

Sa découverte se fait toute l’année, tout dépend de ses envies, mais dans tous les cas la nature islandaise vous enchantera :

  • En hiver pour la neige et les aurores boréales et ce côté si nordique perdu au fin fond du monde.
  • Au printemps pour le réveil de la nature et l’arrivée des oiseaux.
  • L’été, pour vivre sans dormir grâce au soleil de minuit, profiter de coins reculés accessibles seulement pendant la saison estivale.

Voilà pourquoi l’Islande est une destination unique pour les amoureux de nature et de grandeurs !

icone superficieSuperficie : 120 165 km2

Capitale : Reykjavík (335 878 d’habitants)

Monnaie : Couronne islandaise (ISK)

Langue officielle : islandais

icone fete nationale vertFête nationale : 17 juin (indépendance)

icon book vert Religions : luthérien (plus de 73,8%)

zoom vert

En savoir plus sur l’Islande

CONTEXTE HISTORIQUE

Les Irlandais découvrirent l’Islande en 600 après J.-C., ils passèrent leur chemin et les Vikings norvégiens furent donc les premiers à s’installer sur cette terre hostile. Ils la nommèrent d’abord « terre de neige », puis optèrent pour Islande qui se traduit par “terre de glace”.

L’Islande est l’un des rares pays qui n’eut pas à subir l’autorité monarchique, le pays établit directement un parlement (l’Althing). Les Islandais s’organisèrent en une société originale et indépendante. Ce fut l’apogée de la littérature islandaise.

En 1200, le pays passa sous domination norvégiennes et dût se convertir au christianisme. Les Islandais continuèrent cependant à pratiquer leur langue, et leur culture. Ils firent de même sous la domination danoise dans les années 1500. Ces derniers parvinrent cependant à imposer un monopole commercial à l’Islande et le pays perdit alors toute son autonomie économique.

L’Islande fut ensuite sujette à de nombreuses éruptions volcaniques, épidémies et famines. Ces facteurs s’ajoutant à la crise économique (résultant du monopole danois) plongèrent l’île dans une période délicate. Les Islandais n’en sortirent qu’en 1800 lorsque l’union du Danemark et de l’Islande fut supprimée. Les deux pays devinrent plus indépendants : l’Athling fut réinstauré, et l’Islande devint un état indépendant du Royaume du Danemark.

Lors des Guerres Mondiales le pays fut occupé par les nazis. Une fois libéré les Anglais y installèrent une base militaire britannique par peur d’une nouvelle invasion allemande.

En 1944 le pays obtint son indépendance et la République d’Islande fut fondée. Il fallut cependant attendre 2006 pour la fermeture de la base militaire britannique. Le pays subit ensuite une violente crise économique en 2008, Johanna Sigurardottir fut alors nommée Premier Ministre. Première dirigeante homosexuelle au monde, cette femme parvint à relancer l’économie islandaise et présenta notamment une demande d’adhésion à l’Union Européenne.

En 2010, la violente éruption du volcan Eyjafjöll qui paralysa l’Europe endommagea gravement l’industrie touristique du pays. La situation se normalisa cependant rapidement et aujourd’hui, alors que l’Europe entière souffre de la crise financière, le pays se porte bien.

ORGANISATION POLITIQUE

La Thaïlande est une monarchie constitutionnelle dont Rama IX est le souverain  1946. Dans les années qui suivent, les militaires jouent un rôle de premier plan dans les affaires du pays qui est secoué par une succession de coups d’État. La vie politique thaïlandaise reste marquée par de nombreuses controverses, dont un coup d’État par des militaires, en 2006, suivi par l’abrogation de la Constitution. Le régime politique y est parlementaire, c’est-à-dire que le gouvernement doit nécessairement avoir l’appui du parlement. Mais le pays traverse depuis novembre 2013 une grave crise politique. Le mouvement d’opposition, mené par l’ancien vice-Premier ministre Suthep Thaugsuban, réclame la démission de la Première ministre et de son gouvernement. Après la démission en bloc des députés de l’opposition, Mme Shinawatra a dissous l’Assemblée nationale en décembre 2013 et des élections législatives anticipées se sont tenues le 2 février 2014, avant d’être invalidées en mars 2014.

CONTEXTE ÉCONOMIQUE

Avec la crise financière internationale et l’effondrement de son système bancaire en octobre 2008, le 5e pays le plus riche du monde, classé en 2007 au 1er rang mondial de l’indice de développement humain, est passé, en une semaine, du statut de riche nation prospère à celui du pays le plus endetté de la planète. La dette publique totale atteint 6,67 milliards en 2008 ; fin 2009, elle correspond à 78 % du PIB national. Après une décennie d’euphorie et une croissance annuelle entre 4 et 7 %, le pays fait banqueroute, avec crédits bloqués, comptes gelés, épargne volatilisée…
Fin 2008, face à un secteur financier hypertrophié et subitement coupé des capitaux étrangers, le gouvernement nationalise Glitnir, Landsbanki et Kaupþing. Le pays s’enfonce dans la crise : l’inflation s’envole, les salaires sont gelés, le niveau de vie chute de manière spectaculaire et le chômage explose (jusqu’à 9,4 %).
Pour aider le pays à redémarrer, le Fonds monétaire international (FMI) et d’autres pays accordent à l’Islande des prêts totalisant près de 10 milliards de dollars. Des emprunts totalement remboursés par anticipation en 2016.

Malgré des coupes budgétaires, les services sociaux existent toujours, les 4×4 sont toujours bien visibles sur les routes… Les salaires ont été réduits, mais, comparativement à bien d’autres pays, ils étaient très (très) élevés…
Issus d’une société à l’histoire frugale, les Islandais ont fait le gros dos en attendant des jours meilleurs, certains jeunes n’ont pas hésité à partir travailler à l’étranger. Ceux qui ont perdu tout ou partie de leurs économies en parlent avec émotion, mais sans véritable rancune.

Pour la majorité, pourtant, la recette islandaise face à la crise a finalement été une réussite. Le pays est parvenu à stabiliser la couronne en réorganisant son secteur bancaire, en mettant en place un contrôle des changes, en réduisant drastiquement le déficit.

GÉOGRAPHIE

La superficie de l’Islande est de 103 000 km², composée pour environ 11 % de glaciers, 40 % de sable, 25 % de champs de lave, 20 % de pâturages, 3 % de lacs et 1 % seulement sont des terres cultivées. Les arbres sont rares sur cette île et n’occupent guère que les fonds de vallée mieux protégés (exception qui confirme la règle : la « forêt d’Islande » sur une des rives du lac Lagarfljót).
L’altitude moyenne de l’île est de 500 m et son point culminant est le Hvannadalshnjúkur (2 110 m), situé sur le plus grand glacier d’Islande, qui est aussi le plus vaste d’Europe (il a la même superficie que la Corse) : le Vatnajökull (8 100 km²).
À cause de la latitude de l’Islande, à partir de juin à juillet, il ne fait jamais, ou presque jamais, nuit sur l’île. C’est perturbant, mais aussi grisant, de perdre ce repère, d’autant plus que les paysages sont alors nimbés d’une lumière dorée très particulière. Au mois d’août, la nuit daigne de nouveau s’imposer pour quelques heures sur le pays, puis, peu à peu, devient dominante en hiver, laissant très peu de place au jour de novembre à février.

LANGUES ET DIALECTES

Langue germanique parlée en Islande, l’islandais a pour racine historique le vieux norrois, qui était parlé depuis le Moyen Âge dans les pays scandinaves. L’isolement de l’Islande et son importante culture de l’écrit ont permis une conservation exceptionnelle de la langue originelle notamment dans sa version écrite mais également sous sa version orale.

L’anglais (85 % des Islandais peuvent s’exprimer en anglais) et le danois (compris et parlé par 75 % des Islandais) sont aussi largement parlés et compris, ce qui permet l’intercompréhension scandinave avec les autres langues nordiques. Le féroïen est très proche à l’écrit de l’Islandais, toutefois la prononciation est relativement différente. Le français et l’allemand sont aussi enseignés dans des collèges et à la fin de l’enseignement secondaire.

La Constitution ne mentionne pas de langue officielle, ou d’autres caractéristiques identifiant la nation islandaise. L’islandais devient la langue officielle le 7 juin 2011 par simple loi. Les langues anglaise et danoise sont aussi souvent utilisées dans l’administration.

CULTURE

Convertis au christianisme en l’an 1000, les Islandais ont adopté le luthéranisme en 1550 (aujourd’hui 76,2 % de la population) sous l’influence danoise.
La Bible a été traduite en 1584, vous pourrez admirer l’exemplaire original au Musée national d’Isande à Reykjavík. Grâce au financement public (qui suscite bien des débats), des églises ont été construites un peu partout, parfois en des lieux très isolés.
Leur architecture est parfois surprenante : on remarquera, par exemple, les églises en forme de tipi, de montagnes (à Blönduós) ou, à l’évocation de la géologie, en orgues basaltiques comme à Reykjavík et Akureyri ou encore celle d’Ólafsvík qui, latéralement, évoque un pliage d’origami.
Outre les nombreuses églises de l’Église évangélique luthérienne, il y a une cathédrale catholique active à Landakot, sur un site fondé par des prêtres français au début du XIXe siècle.

L’Islande a beau être un pays moderne, à la pointe de la technologie, la croyance en des forces surnaturelles y est toujours bien ancrée. Selon des statistiques très sérieuses, la majorité de la population n’exclut pas l’existence des revenants et du Huldufólk (« le peuple caché », à savoir les elfes, lutins…). Il arrive ainsi que l’on détourne le parcours d’une route en construction si l’on pense qu’elle risque de passer sur leur territoire… En 2004, le géant de l’aluminium Alcoa, lors de la construction de sa fonderie dans l’est du pays, a dû s’engager à ne pas toucher à un site que des elfes étaient supposés fréquenter.

GASTRONOMIE

La cuisine islandaise est à base de poisson pêché au large de l’île, d’agneau et de produits laitiers.

Le skyr est un aliment emblématique de la cuisine islandaise. Il s’agit d’un produit laitier dont la texture est similaire à celle du yaourt, bien qu’il s’agisse d’un fromage frais. Le skyr est pauvre en matières grasses et riche en protéines127. Parmi les autres plats traditionnels, on compte aussi le Þorramatur, une sélection d’aliments traditionnels islandais comme les fruits de mer et les abats, ainsi que le hákarl, préparation à base de requin du Groenland.

La restauration rapide islandaise est réputée pour la pylsa, une sorte de hot dog, pouvant être agrémenté de ketchup, de moutarde, de rémoulade, d’oignons crus ou d’oignons frits.

idée iconInformations utiles avant votre départ

FORMALITÉS ADMINISTRATIVES

Pour aller en voyage en Islande votre carte d’identité suffit.

SANTÉ

L’Islande est un pays sans dangers. En cas de besoin, vous pourrez néanmoins être traité gratuitement (sous présentation de la carte européenne d’assurance maladie).
L’eau islandaise est potable et aucune vaccination n’est exigée. Vous pouvez partir tranquillement, la seule chose à garder à l’esprit est le mauvais état des routes et la consommation d’alcool importante des locaux en weekends et lors des jours de fêtes.

CLIMAT ET ENVIRONNEMENT

L’Islande se visite absolument toute l’année, quelque soit la saison de votre choix ce pays vous offrira des spectacles fascinants !

Le climat islandais est très variable mais, grâce au Gulf Stream, relativement tempéré vue la situation géographique de l’île. Ne vous attendez néanmoins pas à vous promener en tee-shirt pour autant, rappelez-vous que l’Islande c’est la porte du cercle polaire, les températures sont donc inévitablement froides.

Les températures moyennes sont aux alentours de 0°C en janvier et de 12°C en été. Le pays reste cependant venteux et les températures ressenties peuvent être inférieures à ces dernières. Bien équipé, cela ne vous dérangera pas.
Le temps est changeant et cela peut se révéler contraignant, sachez cependant que la côte est en pratique est plus ensoleillée que la côte ouest.
Pour les aurores boréales, il faudra vous rendre en Islande en hiver. Les randonneurs préféreront les mois de juin à septembre ; en juillet ils bénéficieront en plus des longues journées apportées par le soleil de minuit (prenez un bandeau pour vous cacher les yeux afin de dormir un peu).

DÉCALAGE HORAIRE

Le décalage horaire avec la France est de 1 heure en hiver et 2 heures en été.

MONNAIE

L’Islande est l’un de pays les plus chers au monde. La monnaie locale est la couronne islandaise. Vous retrouverez le court de la couronne dans la carte d’identité du pays, cependant depuis le début de la crise, ce dernier varie énormément, vérifiez-le donc avant de partir.
Vous n’aurez aucun souci pour changer vos euros, ni vos chèques de voyage.
Enfin, les cartes bancaires internationales sont acceptées presque partout.

ÉLECTRICITÉ

220 volts ; les fiches locales sont généralement similaires aux nôtres.

À SAVOIR

– Ayez toujours en tête cette phrase tirée des sagas et dont la première partie est inscrite sur chaque voiture de police : « Avec la loi, on construit un pays ; sans elle, on le détruit. » L’Islande est un pays très policé, on attendra de vous que vous respectiez les règles. Cela n’empêche pas les Islandais (jeunes, surtout) d’avoir un petit grain de folie, rassurez-vous !

– On enlève ses chaussures en entrant dans les maisons. Souvent un petit panneau vous le rappelle, mais demandez toujours avant d’entrer chez un particulier. Dans les lieux fréquentés, des brosses sont mises à votre disposition. Sur certains sites, vous pourrez décrotter vos chaussures avant de remonter dans le bus ou dans votre voiture.

– Si vous êtes invité à une soirée par des Islandais, le seul alcool que vous boirez sera certainement celui que vous apporterez. Et vous pourrez remporter votre bouteille si elle n’est pas finie !

– Dans les piscines, vous remarquerez que les Islandais ont un rapport au corps très naturel. Dit autrement : les âmes pudiques risquent d’être surprises et de souffrir quelque peu. En effet, les vestiaires sont généralement communs et avant d’aller plonger un orteil dans l’eau, il est obligatoire de se doucher en tenue d’Ève ou d’Adam (oui !) et de récurer les endroits stratégiques selon les injonctions des pancartes (pas besoin de vous faire un dessin) ; le savon est généralement fourni. Si vous voulez passer inaperçu, le mieux est de vous plier à cette règle ; garder le maillot sous la douche est la meilleure façon de s’attirer les regards. Les plus timorés seront rassurés de savoir qu’il existe toutefois quelques douches fermées dans les piscines et thermes les plus fréquentés par les étrangers.

– Les jeunes prennent très vite leur indépendance vis-à-vis de leurs parents. Ils font très tôt des petits boulots (à partir de 14 ans). Ils disposent alors d’une partie de leur salaire comme bon leur semble et fêtent traditionnellement leurs paies les premiers week-ends de juillet et d’août, en buvant et en dansant tout leur soûl (et même plus !). L’État conserve l’autre partie du salaire jusqu’à leur majorité.

– Les Islandais(es) sont de gros lecteurs et affectionnent tout particulièrement les polars. Étonnant dans un pays où les crimes sont rarissimes.

– Les parapluies sont pratiquement inexistants. En effet, leur armature ne résisterait pas face à la force des vents.

– Comme aux Pays-Bas ou dans la plupart des pays nordiques, les maisons n’ont pas de volets. Chez les Luthériens, on n’a rien à cacher. Voilà pourquoi les voisins peuvent observer l’intérieur des maisons.

– Le fumeur n’est pas le bienvenu en Islande. Accros à la nicotine, ne cherchez pas de bureaux de tabac, les cigarettes s’achètent à la caisse des supermarchés (et le choix de marques est souvent restreint). Quoi qu’il en soit, dans la rue ou en pleine nature, conservez précieusement votre mégot jusqu’à la prochaine poubelle !