La Namibie

Au coeur de l’Afrique australe

Namibie - monde Placeholder
Namibie - monde

icone superficieSuperficie :
824 270 km2

Capitale :
Windhoek (296 000 habitants)

Monnaie :
Dollar namibien (NAD)

Langues officielles :
Anglais, Oshivambo, Afrikaans, Nama – Damara , Herero, Rukavango, Allemand, Tswana

icone fete nationale vertFête nationale :
21 mars (Fête de l’Indépendance)

icon book vert Religions :
Chrétiens (85 %, dont environ 50% de Luthériens), Animistes (15 %)

zoom vert

En savoir plus sur la Namibie

CONTEXTE HISTORIQUE

La Namibie est une ancienne colonie allemande de 1884 à 1915 puis bantoustan (région autonome) sud-africain jusqu’en 1990.

Le premier groupe humain de la région, les Boskop (ancêtres des San*), s’organise en une société de chasseurs-collecteurs. Leurs gravures rupestres prouvent qu’ils occupent le pays depuis des milliers d’années, bien avant l’arrivée de tous les autres peuples. Les San étaient des chasseurs et cueilleurs avec un mode de vie nomade. Au fil du temps, beaucoup de différents groupes ethniques d’immigrants se sont installés en Namibie.

*Le terme San tend à remplacer la dénomination Bochimans qui était utilisée durant la période coloniale et signifie Homme de la brousse.

Les San furent chassés dans le désert par les Khoïsans, qui à leur tour furent chassés par les Bantous (Ovambos, Hereros) dans la seconde partie du 1er millénaire.

Au 15e siècle, les Khoi-Khoi, qui arrivent du Sud, dominent l’Afrique australe.
Au même moment, les marins portugais s’aventure sur la route des Indes ; le capitaine portugais Diego Cão fut le premier Européen à voyager en Namibie. Il s’arrête brièvement à la Skeleton Coast où il construit une croix de calcaire. Cette croix est aujourd’hui connue sous le nom de Cape Cross.

Les Herero, peuple de pasteurs à haute taille et originaire d’Afrique orientale, occupent le nord et l’ouest du pays, s’opposant violemment aux Khoi-Khoi et soumettant progressivement tous les groupes indigènes.

1750 : Jacobus Coetse, un chasseur d’éléphants d’Afrique du Sud, est le premier Blanc à traverser le territoire de l’Orange. Il ouvre la voie aux chasseurs et aux missionnaires.

En 1883, un commerçant de Brême, Lüderitz, achète la baie d’Angra Pequeña et le chancelier Bismarck proclame l’année suivante le protectorat de l’Allemagne, que Nachtigal est chargé d’étendre à l’intérieur.
La Namibie devient alors un protectorat allemand appelé le Sud-Ouest africain. Les fermiers, marchands et autres colons allemands arrivent.

1904 : Les Nama, rejoints par les Herero (qui leur sont pourtant traditionnellement hostiles), se révoltent contre le pouvoir colonial. Entre 1904 et 1907, 80% des Hereros et 50% des Namas sont exterminés par les Allemands. Autrefois majoritaire, la population herero représente aujourd’hui seulement 9% à 10% de la population namibienne…

1914 : Pressée par la Grande-Bretagne, l’Afrique du Sud envahit la Namibie.

1920 : La Société des Nations mandate l’Afrique du Sud pour administrer le Sud-Ouest africain. Ce mandat sera renouvelé par l’ONU à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

1949 : Résolue à faire de la région une province de l’Union à part entière, l’Afrique du Sud resserre son emprise, accorde à la population blanche une représentation parlementaire à Pretoria et réserve aux Blancs les meilleures terres namibiennes.

Pendant les années 1960, les puissances européennes accordent l’indépendance à leurs colonies et territoires d’Afrique, une pression est exercée sur l’Afrique du Sud pour faire de même en Namibie (alors appelée Afrique du Sud-Ouest)

En 1966 l’Organisation des peuples de l’Afrique du Sud-Ouest (SWAPO) commence les attaques et la guérilla sur l’Afrique du Sud.

Il s’agit de la plus longue période de décolonisation du continent africain. En effet, la Namibie n’accédera à l’indépendance qu’en 1990, alors par une lutte au sein de l’ONU, entre les partisans et les adversaires de la décolonisation, qui s’affrontent dans un contexte marqué par la guerre froide.

Avec la SWAPO comme le parti au pouvoir et Sam Nujoma comme président, la Namibie a pris le chemin d’un État démocratique nouvellement indépendant en 1990.

ORGANISATION POLITIQUE

La Namibie est une république multipartite à régime présidentiel. Le président est à la fois chef de l’État et chef du gouvernement.

  • Le pouvoir exécutif est aux mains du gouvernement tandis que le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement et les deux chambres du parlement. Le pouvoir judiciaire est indépendant des deux premiers.
  • Pouvoir exécutif : le gouvernement
  • Pouvoir législatif : partagé entre le gouvernement et les 2 chambres du parlement : l’Assemblée, qui constitue le corps législatif principal et le Conseil qui jouent davantage un rôle consultatif.
  • Pouvoir judiciaire : indépendant de ces deux premiers. La Cour suprême est la plus haute juridiction du pays.

Le parti South-West African People’s Organisation (SWAPO) domine depuis l’indépendance. Bien que les partis d’oppositions soient autorisés, ceux si ont peu de chance d’accéder au pouvoir.

CONTEXTE ÉCONOMIQUE

La Namibie est l’un des territoires les moins densément peuplés au monde (seulement 3 hab./km² sur un territoire d’une superficie supérieure à celle de la France).

Cette petite économie ouverte se classe dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire (tranche supérieure), avec un PIB de 11 Mds USD. Elle représente en 2017 la 7ème économie d’Afrique australe. L’activité économique repose principalement sur l’exploitation des ressources minières (diamant, cuivre, uranium, manganèse, zinc) qui représente environ 10% du PIB namibien. Son influence sur l’évolution de l’économie du pays est pourtant bien plus importante car plus de 50% des exportations en sont issues. Des réserves de pétrole, dont l’ampleur reste encore à déterminer, ont été découvertes en 2011.

La Namibie se heurte pourtant à d’important défis sociaux : inégalités de revenus parmi les plus élevées au monde, forte prévalence du VIH/SIDA et un taux de chômage qui avoisine les 30% de la population active en 2014.

GÉOGRAPHIE

La Namibie est située au sud-ouest de l’Afrique, au niveau du tropique du capricorne, entre l’Angola au nord, le fleuve Orange et l’Afrique du Sud au sud, la cote atlantique à l’est, le Botswana à l’ouest.

2 déserts couvrent les deux tiers du pays :

  • le Kalahari à l’est,
  • le Namib à l’ouest : considéré comme le plus ancien désert du monde.

Ils sont séparés au milieu par un plateau situé à 1 000 m d’altitude. On y trouve le plus haut sommet du pays (2 606 m), dans le massif du Brandberg.

Le bassin du Kalahari est une plaine qui couvre le Botswana, la moitié est de la Namibie et une partie nord-ouest de l’Afrique du Sud. Il se présente essentiellement sous la forme de vastes étendues plates, tantôt sablonneuses, tantôt tapissées de broussailles desséchées.

Le Great Escarpment, qui s’étend jusqu’en Afrique du Sud, coupe le pays en deux. Il marque la limite entre le plateau central et les terres basses littorales.

Le courant du Benguela est un courant froid qui coule depuis l’Afrique du Sud, remontant les côtes de Namibie et d’Angola. Il est à l’origine d’une vie aquatique intense – d’où la richesse en poisson des eaux namibiennes et la présence de grandes colonies d’otaries.

Le Kaokoland (prononcez « Coco-Land »), montagneux, est situé à l ‘Est du parc de la Skeleton Coast. Cette région souligne le littoral septentrional en direction de l’Angola et s’étend sur 49.500km², de la rivière Hoanib jusqu’à la rivière Kunene.
Éléphants, rhinocéros et girafes y vivent dans les vallées le plus souvent asséchées des rivières temporaires.
En direction du sud s’étend la côte des Squelettes (Skeleton Coast). Ce nom quelque peu morbide vient des ossements qui jonchèrent les plages provenant des opérations de chasse à la baleine “whaling” et de la chasse aux phoques (une activité fortement condamnée et répréhensible aujourd’hui). C’est un endroit désertique où peu de communauté vivent. On y trouve, le long de la côte centrale, d’impressionnantes dunes de sables ; c’est là-bas que se trouvent les plus hautes du monde ! Tout au sud se concentrent les mines de diamant (Diamond Coast).

À l’exception de celles qui marquent les frontières nord (Cubango, Okavango) et sud (Orange) du pays, les rivières sont, pour la plupart, asséchées. Il n’existe en Namibie que 2 lacs d’origine naturelle.

L’extrême nord et la région du Zambèze (bande de Caprivi) diffèrent fortement du reste de la Namibie. La région du Zambezi profite d’un climat typiquement tropical, avec des températures élevées et des précipitations importantes pendant la saison des pluies, ce qui en fait la région la plus humide de la Namibie. La nature y est plus profuse, le territoire est constitué principalement de marécages, de plaines inondables, de terres humides et de zones boisées.

Le seul port commercial se trouve à Walvis Bay et sert principalement à l’extraction des diamants.

LANGUES ET DIALECTES

La majorité des Namibiens parlent soit une langue bantou (ovambo, herero/himba ou caprivien) soit une langue khoisan (khoi-khoi, damara ou san).
On caractérise les dialectes khoisan par les “clics”, ou claquements créés en pressant la langue contre différents parties de la cavité buccale pour former des sons différents. À l’écrit, ce son est représenté, en fonction du clic, par un point d’exclamation !, par un /, ou encore par un //…
Afrikaans : 11 %
Anglais : l’anglais est la langue officielle et pourtant, il n’est parlé que 1% de la population en langue maternelle, et 7% parmi la population blanche, mais il est souvent mal parlé.
Allemand : cette langue est parlée notamment par les descendants des colons germaniques (environ 30 000 personnes), par des germanophones expatriés et elle est aussi parlée en 2ème langue par 45 000 Namibiens.
Küchendeutsch : littérallement « allemand de cuisine », il s’agit d’un sabir allemand parlé par 15 000 Namibiens.

La Namibie est un pays très varié sur le plan linguistique.
En effet, en plus de ces langues d’héritage européen, y coexistent 8 langues et plus d’une vingtaine de dialectes principaux (silozi, setswana, otjihero, damara-nama, oshiwambo…).

CULTURE

La Namibie couvre un panel de différentes cultures associées aux différentes ethnies présentes sur le territoire. Chacune a développé un panel d’activités artistiques pour la plupart attachées à leurs croyances religieuses : danses, chants, sculpture, contes indissociables de la tradition orale africaine.

Les Namibiens attachent une grande importance au respect des ancêtres, des anciens et des personnes occupant une place plus élevée dans la hiérarchie sociale.

Les peuples et les tribus de la Namibie

  • Le peuple San
  • Les Namas
  • Les Damaras
  • Les Ovambos
  • Les Hereros

La culture allemande est aujourd’hui toujours évidente dans le pays, notamment en cuisine et en architecture.

GASTRONOMIE

La cuisine namibienne est essentiellement composée de lait, de viande et de maïs.
Le pays connu pour la variété de ses gibiers et ses barbecues, les amateurs de viande se feront un plaisir de goûter du gnou, du zèbre ou de l’oryx. La viande de bœuf y est par ailleurs de très bonne qualité. Le biltong, viande séchée et épicée est aussi un plat très réputé dans le pays.

La viande tient une place importante dans l’alimentation. On y retrouvent une belle variété de gibiers : gnou, zèbre ou encore oryx. Le bœuf y est savoureux. Traditionnellement, les Namibiens la consomment plutôt sous forme de biltong, en morceaux ou lanières de viande séchée et épicée
Les Afrikaners ont apporté leurs saucisses boerewors et l’incontournable braai, le barbecue.

Le passé colonial allemand a également laissé des traces dans les assiettes. Vous pourrez trouver des plats typiques allemands en Namibie.

La plupart des ethnies qui peuplent la Namibie privilégient le mieliepap (ou pap), une semoule collante de maïs, qui se mange traditionnellement à la main, éventuellement accompagnée de viandes cuisinées en ragoût dans des potjie (marmites noires à 3 pieds).

Les légumes sont également appréciés : potirons et les butternut squash (des courges à chair douce et orange, en forme de poires)

Les Namibiens ont l’habitude de dîner tôt. N’allez pas au restaurant après 21h30, vous risquez de ne pas être servis. Vous pouvez accompagner votre repas de la bière nationale Windhoek Lager, réputée 100 % naturelle.

idée iconInformations utiles avant votre départ

FORMALITÉS ADMINISTRATIVES

La validité du passeport doit être d’au moins 6 mois à compter de la date de fin de séjour en Namibie. Afin d’éviter des difficultés aux frontières lors de l’apposition des visas d’entrée et de sortie, il est recommandé que le passeport dispose d’au moins 2 pages vierges.

Le visa n’est pas obligatoire pour les ressortissants français. Les titulaires d’un passeport français bénéficient de permis de séjour touristiques d’une durée maximale de 90 jours, délivrés gratuitement à l’arrivée notamment aux contrôles de l’immigration à l’aéroport de Windhoek. Après l’arrivée, il convient de s’assurer de la durée du visa délivré, afin de ne pas connaître de mésaventure à la sortie.

SANTÉ

Les voyageurs en provenance de pays où la fièvre jaune est endémique doivent présenter la preuve de leur vaccination contre cette maladie (carnet de vaccination à jour, certificat de vaccination) lors de leur arrivée à l’aéroport ou au poste frontière.

Aucun vaccin n’est obligatoire pour entrer en Namibie.

Cependant, il est recommandé d’être à jour de ses vaccinations universelles (DTCP, hépatite A), et d’être vacciné contre la typhoïde, voire l’hépatite B et la rage.

Selon la saison à laquelle on voyage et la région dans laquelle l’on se rend, un traitement antipaludique peut être nécessaire.

CLIMAT ET ENVIRONNEMENT

Le climat est globalement chaud mais sain. On distingue 3 saisons :

– en octobre-novembre : saison intermédiaire, marquée par les 1ères pluies et des températures qui grimpent (première partie de l’été) ;
– de décembre à mars : saison chaude et humide (été ou saison des pluies), plus marquée au Nord-Est, mais moins vers le Sud ; Etosha et le Fish River Canyon sont alors fermés ;
– de mai à septembre : saison plus fraîche et sèche (hiver ou saison sèche).

Sur les hauts plateaux, il peut faire jusqu’à 40 °C en journée en été et geler en hiver ! Dans tout le pays, l’amplitude entre températures diurnes et nocturnes est importante : pensez-y si vous campez ! Autre souci : durant l’hiver austral, la nuit tombe dès 17h-17h30.

Sur le littoral, l’influence du courant du Benguela vaut aux quelques villes et bourgades des brumes fréquentes et des températures dignes d’un mois de mars européen : il y fait rarement plus de 18-20°C en journée et le soleil est un bien précieux !

La température de la mer est, elle, toujours basse et dépasse rarement 18°C en été, sauf au nord-ouest du pays (22°C au mieux).

DÉCALAGE HORAIRE
1h en été par rapport à la France, pas de décalage en hiver.
MONNAIE

La monnaie nationale est le dirham marocain.

Pour convertir facilement le dirham en euro, ajoutez un 0.

Exemple : 1euro = 10 Dirhams. Le taux de change peu varier légèrement, vous aurez alors 1euro = 11 Dirhams.

Dans les grandes villes, vous trouverez facilement des bureaux de change et des banques ainsi que des distributeurs de monnaie. Les cartes bancaires y sont largement acceptées.

Ne payez pas vos transactions dans les magasins ne possédant pas de terminaux électroniques afin d’éviter les risques de fraude à la carte.

Attention : Le dirham est une monnaie non convertible, il ne s’échange pas en dehors du Maroc.

ÉLECTRICITÉ

Pour la plupart des prises vous devrez utiliser un adaptateur.
Le voltage 220 V est plus bas qu’en France (230 V), mais cela ne pose pas de problème, vous pouvez donc utiliser tous vos appareils.

RÈGLES À RESPECTER POUR ÉVITER MALADIES ET BOBOS

– Faire attention aux fruits et légumes crus.
– Se laver les mains avant les repas.
– Se méfier des coupures et égratignures. Sous ces climats, elles peuvent mettre beaucoup plus de temps à guérir (n’hésitez pas à nous consulter en cas de petites plaies).
– Privilégiez le coton au synthétique à cause de l’humidité et de la chaleur pour éviter les irritations de peau.
– Garder aux pieds des tongs en plastique sous la douche pour éviter les champignons divers qui germent. L’eau est le principal vecteur de maladies.
– Ne consommez pas d’eau du robinet, achetez de l’eau en bouteille.

À FAIRE / À NE PAS FAIRE
  • Lors de vos déplacements conservez une tenue correcte, évitez les décolletés trop généreux et les torses nus.
  • Portez un maillot lorsque vous êtes sur une plage.
  • Respectez les habitants et leur environnement, demandez l’autorisation avant de prendre une photo même s’il s’agit d’un enfant. Montrez votre appareil et faite un geste pour vous faire comprendre et attendez son accord.
  • Marquez une marque de respect particulière pour les personnes âgées et personnes exerçant des professions de prestige ou d’autorité
  • Les effusions en public sont très mal perçues
  • Les plaisanteries toujours prises au premier degré, attention à l’humour décalé !
  • Respectez la nature. Ne jetez rien. Ne cueillez rien surtout dans un parc national, enfin écoutez les conseils de vos guides et essayez de ne pas déranger la faune, par exemple ne touchez pas et n’approchez pas les animaux de trop près.
  • Si l’on vous offre un objet que vous avez demandé, prenez-le avec la main droite en touchant votre coude droit avec la main gauche, cela signifie merci. A noter : les remerciements sont rares, les cadeaux s’acceptent en silence. Les Namibiens pensent que les Occidentaux remercient trop souvent et avec trop de désinvolture.

     

tickets vertsNos séjours en Namibie