Le Sénégal

Sénégal - monde Placeholder
Sénégal - monde

icone superficieSuperficie :
196 712 km²

Capitale :
Dakar (3,5 millions d’habitants)

Monnaie :
Franc CFA

Langues officielles :
Français (wolof parlé par la majorité)

 

icone fete nationale vertFête nationale :
4 avril (indépendance de 1960)

icon book vert Religions :
Musulman (94 %), christianisme et surtout catholicisme (5%), croyances traditionnelles 1%

 

zoom vert

En savoir plus sur le Sénégal

CONTEXTE HISTORIQUE

 

// Le Sénégal divisé :

Le royaume de Tekrour : au IXe siècle, la basse vallée du fleuve Sénégal est le centre du royaume de Tekour, dirigé par les Toucouleurs.

L’islam est introduit au Sénégal pour la 1ère fois entre le VIIIe siècle et le IXe siècle par des commerçants arabo-berbères. Ils diffusent pacifiquement cette religion et convertissent les Toucouleurs. Ces derniers la propageront partout au Sénégal.

Le royaume Djolof : fondé au XIIIe siècle dans la région du nord-ouest, dans la vallée du Sénégal ce Royaume est puissant au XIVe siècle mais reste vassal de l’empire du Mali.

Il éclate en plusieurs petits états, qui seront absorbés par le conquérant français.

Les peuples Sérères et les Wolofs sont installés à l’ouest du Sénégal. Ils se rendent indépendants au XIVe siècle et éclatent en petits royaumes dès le XVIe siècle.

Le XIXe siècle est en effet marqué par la chute des royaumes, l’avancée des colons européens ainsi que par la résistance anticoloniale

// La conquête coloniale

La conquête coloniale commence dès la découverte de ces terres entre 1442 et 1456 par le navigateur vénitien Cadamosto pour le compte du Portugal. Les Portugais se lancent alors rapidement dans la traite des Noirs, mais devront bientôt faire face à la concurrence des négriers britanniques, français et hollandais à travers le Commerce triangulaire.

XVIème siècle : Début de la traite des Noirs organisée par les Portugais. Installation des Hollandais à Gorée.

Ce n’est qu’au début du XVIIe siècle que les Français explorent l’intérieur du pays en remontant le cours du fleuve Sénégal.

30 mai 1814 : Le Sénégal est donné à la France par le Traité de Paris. L’année suivante, le monopole du commerce avec le Sénégal est accordé à la France.

La conférence de Berlin s’achève le 26 février 1885, les puissances européennes se partagent alors l’Afrique et annexent désormais les royaumes situés à l’intérieur des terres.

1940 : Dakar est bombardé par les Anglais. Echec de la tentative de débarquement de De Gaulle.

1946 : L’“Union Française” est créée

1956 : La loi-cadre créée les 8 états autonomes en A.O.F. (dont le Sénégal). Le Sénégal est uni au Soudan pour former la Fédération du Mali.

En 1960, le Sénégal se retire de la fédération du Mali et accède à son indépendance.

// Depuis l’indépendance :

1er février 1982 : Naissance officielle de la confédération de Sénégambie.

De 1981 à 2000, le Sénégal est présidé par Abdou Diouf (parti socialiste sénégalais) ancien premier ministre de Senghor.

De 2000 à 2012, le Sénégal est dirigé par le président Abdoulaye Wade (parti démocratique sénégalais). Porté par son slogan “SOPI” (qui signifie “changement” en wolof), Abdoulaye Wade, chef de file du Parti démocratique sénégalais, remporte l’élection présidentielle du 19 mars 2000, avec 58,5% des suffrages au second tour, devant le président sortant Abdou Diouf.

Le 9 décembre 2000 le Sénat et le Conseil économique et social sont supprimés.

En 2001, le mandat présidentiel est réduit de 7 à 5 ans (nouvelle constitution)

L’Assemblée nationale – au sein de laquelle le Parti socialiste est majoritaire – est dissoute le 5 février 2001.

Abdoulaye Wade est réélu lors des élections de 2007

Février 2010 : un projet de loi déclarant l’esclavage “crime contre l’humanité” est exposé par le chef de l’Etat. Fermeture de la base militaire française à Dakar.

Depuis avril 2012, le président de la république est Macky Sal (coalition anti-Wade) (65,80% des suffrages)

 

ORGANISATION POLITIQUE

 

 Le Sénégal est une république à régime présidentiel multipartite où le Président exerce la charge de chef de l’État et le Premier ministre, la fonction de chef du gouvernement.

  • Pouvoir exécutif : appartient au gouvernement.

Le président est élu au suffrage universel pour une période de 5 ans (depuis la révision constitutionnelle de 2001 – avant : 7 ans) et nomme le Premier ministre. Le Conseil des ministres est nommé par le Premier ministre après consultation du Président.

  • Pouvoir législatif : il est partagé entre le gouvernement et le parlement.

Le Parlement est constitué d’une Assemblée nationale, qui compte 150 membres élus à la proportionnelle pour une période de 5 ans, et d’un Sénat, récemment recréé.

  • Pouvoir judiciaire  : est indépendant des deux premiers. 

Le Conseil constitutionnel et la Cour de justice constituent les plus hautes instances judiciaires du Sénégal. Les membres sont nommés par le Président.

Liste des principaux partis politiques :

  • Union pour le renouveau démocratique (URD)
  • Parti socialiste
  • Parti démocratique sénégalais (PDS)
  • Alliance des Forces de Progrès (AFP)
  • Alliance pour la République (APR)
  • REWMI
  • Ligue démocratique (LD)
  • Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT)

Macky SALL est élu Président le 25 mars 2012 et Mahammed Boun Abdallah DIONNE nommé Premier Ministre le 6 juillet 2014.

CONTEXTE ÉCONOMIQUE

Le Sénégal est la 2ème économie en Afrique de l’Ouest francophone, juste après la Côte d’Ivoire. La croissance économique était stable à 6,6% en 2016 (6,5% en 2015 et 4,4% en 2014).

Les préoccupations premières des Sénégalais sont :

  • Les problèmes d’emploi,
  • le coût de la vie,
  • la qualité des services publics,
  • le coût et qualité de l’électricité (réseau électrique défectueux)
  • l’approvisionnement en eau

En 2016, le secteur informel représente toujours une part importante du PIB.

Le Sénégal fait parti des pays moins avancés (PMA) selon l’ONU : 50% de sa population vient au-dessous du seuil de pauvreté.

Les principaux secteurs d’activité :

Le secteur primaire emploie entre 46% et 50% de la population active et contribue à 15,6% du PIB. C’est un secteur particulièrement exposé aux aléas climatiques et à la volatilité des cours mondiaux des matières premières. Les autorités souhaitent développer l’activité agricole le long du fleuve Sénégal qui abrite déjà la culture de la canne à sucre, en vue d’accroître la production de riz pour devenir autosuffisantes et d’intensifier les cultures maraichères destinées à la consommation nationale ou à l’exportation.

Principales cultures du Sénégal sont les arachides, le niébé, le manioc, les pastèques, le mil, le riz et le maïs.

Le pays est relativement pauvre en ressources naturelles.

La pêche est également source de recettes importantes.

Le secteur secondaire (21% du PIB et emploie 18% de la population active) repose essentiellement sur les mines d’or, les phosphates, le ciment, l’agroalimentaire et le BTP.

Les récentes découvertes de champs pétrolifères et gaziers devraient accroître ce pourcentage dans un futur proche.

Quant aux activités tertiaires, elle contribuent à 60,3% du PIB et emploient 22,4% de la population active. On y retrouve les télécommunications qui occupent une place importante.

GÉOGRAPHIE

Le Sénégal se situe sur la pointe extrême occidentale du continent africain. Le pays est bordé à l’ouest par 700 km de côtes sur l’océan Atlantique.

Ils partagent ses frontières avec : la Mauritanie, le Mali, la Guinée, la Guinée Bissau. Enclavée dans la partie sud, la Gambie a une ouverture sur l’océan.

Sa superficie est de 196 722 km2 (soit plus d’1/3 de la France).

Relief

Le Sénégal est un pays majoritairement plat. Les seules véritables collines sont celles du Fouta Djalon à la frontière guinéenne, et celles-ci peinent à dépasser les 500 mètres d’altitude !

Écosystèmes

Le Sénégal regroupe une grande diversité d’écosystèmes différents :

  • La montagne : Sur les remparts du Fouta-Djalon (Sénégal sud-oriental), à la frontière de la Guinée, de l’Ouest du Niokolo Koba à la rivière Falémé.
  • La forêt dense : En Basse-Casamance
  • Le désert dunaire : Dans la région de Saint-Louis, à l’extrême Nord du pays.
  • Les lacs : Le lac de Guiers et l’ensemble des points d’eau permanents ou provisoires le long du fleuve Sénégal.
  • La brousse : Au Sénégal Central
  • Les lacs salés : Le Lac Rose, le lac Mbeubeusse et de nombreux petits lacs y compris près de la Petite Côte.
  • Les fleuves et rivières : Le fleuve Sénégal , le fleuve Gambie , les rivières Niokolo , Falémé, Saloum, Soungrougrou, etc..
  • La savane : Au sud d’une ligne Mbour-Kidira, la brousse claire se transforme en savane plus arborée très présente dans la région de Tamba.
  • L’océan : Tout le long de la côte, de Saint-Louis au nord à Kabrousse au sud.
  • La mangrove : Dans l’ensemble de la Basse Casamance et du Siné-Saloum, de Joal Fadiouth jusqu’à Cap Skirring.

Les régions administratives

Le pays est divisé en 14 régions administratives regroupant 45 départements depuis 2008 :

Dakar, Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kaolack, Kédougou, Kolda, Louga, Matam, Saint-Louis, Sédhiou, Tambacounda, Thiès et Ziguinchor.

Les régions naturelles :

La région maritime s’étend le long de l’océan, de Saint Louis à la Gambie.

De Dakar à Saint Louis, la côte se compose d’alignements de dunes, séparées par des bas-fonds fertiles que l’on appelle Niayes.

Au sud de la presqu’île volcanique du Cap vert, la côte est plus découpée et les falaises de Toubab Diallao laissent place à la mangrove, où les bras du Sine et du Saloum pénètrent dans les terres dans un labyrinthe inextricable.

Dans la zone sub-tropicale de basse casamance, on retrouve une végétation très dense : de très grands arbres, des palmiers, des rizières…

La zone soudanienne, au nord et à l’est de la basse casamance, est un paysage de forêt plus claire et de savane arborée. C’est une région régulièrement touchée par les feux de brousse.

Le Ferlo (zone nord-est du pays) est une steppe semi-désertique.

Les sites inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco :

  • Ile de Gorée
  • Ile de Saint-Louis
  • Parc national du Djoudj
  • Parc national du Niokolo Koba
  • Cercles mégalithiques de Sine Ngayène et de Wanar (Nioro du Rip)
  • Delta du Saloum
  • Pays bassari
LANGUES ET DIALECTES

Le Français est la langue officielle du Sénégal, mais 6 langues ont le statuts de langues nationales. Il s’agit du wolof, du sérère, du poular, du mandingue, du soninké et du diola.
Elles s’utilisent officiellement pour la communication dans les médias et pour l’enseignement.
Parmi ces 6 langues nationales, le wolof est la plus courante. C’est la langue maternelle de 40% de la population et 80% des habitants parlent wolof (principalement en milieu urbain). Les conversations étant agrémentées de nombreux termes français, avec une prononciation spécifique (aksidaa pour accident par exemple), le voyageur peut saisir quelques mots s’il est attentif.

CULTURE

Au Sénégal, les traditions sociales se caractérisent par l’esprit collectif et la Teranga, cette hospitalité inégalée.

La Teranga désigne l’accueil de l’autre : un accueil qui se doit d’être chaleureux et qui permet de mettre l’autre tout à fait à l’aise et intégré.

Traditionnellement, le respect de la parole et de la fonction sociale qui revient à chacun permet aux hommes et femmes de vivre en harmonie.

Groupes ethniques :

Les groupes ethniques les plus représentés au Sénégal sont

  • les Wolofs (44%),
  • les Peuls (13%),
  • les Toucouleurs (28%),
  • les Sérères (12%)
  • et les Diolas (5%), principalement en Casamance dans le sud du pays, auxquels s’ajoutent les Malinkés du sud-est et les Soninkés, particulièrement présents dans la haute vallée du fleuve Sénégal, ainsi que les populations mancagnes.

Religions :

La grande majorité des Sénégalais sont musulmans (environ 94%).

Le christianisme (environ 5%) – surtout catholicisme – est pratiqué parmi les Sérères et les Diolas. Les croyances traditionnelles perdurent, à travers des pratiques telles que le ndut ou le boukout.

Les anciens :

Les anciens ne représentent que 6% de la population mais sont présents pour toutes les affaires et les conflits du village. On les consulte pour leur sagesse et leurs savoirs.

On ne trouve pas (ou peu) de maisons de retraite car la solidarité familiale et le respect envers les anciens sont tels qu’ils sont toujours intégrés au reste de la famille.

La tontine :

La tontine est une sorte de système d’épargne entre amis, de répartition des ressources à l’échelon local. Aujourd’hui typiquement africain, répandu sur l’ensemble du continent et qui brasse parfois plus d’argent que les banques.

Il s’agit d’une pratique symbolisant bien l’esprit de solidarité des Africains. Les membres d’une tontine mettent en commun une certaine somme d’argent et chacun à son tour, en fin de mois en empoche la somme. Aucun papier n’est signé, toutes les relations sont basées sur la confiance.

Médecine traditionnelle :

La médecine et la pharmacie occidentales sont très chères en Afrique. Il est donc fréquent de se faire soigner par un guérisseur, que les Européens appelaient autrefois « sorcier » et les Africains « marabout », et qui a de plus en plus aujourd’hui le nom de « tradipraticien ».

L’artisanat :

L’artisanat est surtout consacré aux objets du quotidien : outils de travail, accessoires utilitaires ou ustensiles de cuisine. La vannerie est l’activité artisanale la plus courante, environ 85% des habitants du milieu rural dans les villages exercent cette activité. Pays de la débrouille, les Sénégalais utilisent beaucoup le recyclage et des matériaux de récupération pour créer divers objets.

La lutte sénégalaise :

La lutte ou lamb est le sport national au Sénégal.

La lutte était autrefois pratiquée dans les campagnes par de jeunes paysans et animait la saison des récoltes dans les villages Wolof et Sérère.

La musique :

La musique est une forme d’expression très importante en Afrique de l’Ouest. De nombreux artistes parmi les plus célèbres d’Afrique sont originaires du Sénégal.

Au Sénégal, comme dans d’autres pays ouest-africains, la musique est d’abord et surtout le domaine des griots. C’est en effet par le biais des récits chantés que les griots transmettent la tradition orale.

Les instruments utilisés pour la musique traditionnelle sont fabriqués avec des matériaux locaux comme des calebasses, du cuir, des cornes de vache et des coquillages. Exemples : le sabar, le balafon, la cora, le Tama, le Bombolong…

Les salutations :

Les salutations sont très importantes. On dit bonjour, tout le temps, à tout le monde, même à quelqu’un qu’on n’a jamais vu et qu’on ne reverra pas. Le « Salamaleikum » (répondre « Aleikum Salam ») est de bon ton. Les salutations peuvent durer plusieurs minutes et revenir plus tard au cours de la conversation. Il est important de prendre le temps nécessaire pour saluer correctement votre interlocuteur. Il faut prendre le temps de se présenter et de chercher à en apprendre le plus possible sur sa culture et sur lui-même.

Autres :

Évitez les questions trop personnelles, restez dans le général.

De manière générale, les thèmes qui portent sur la religion et le sexe sont à éviter.

La culture sénégalaise enseigne à baisser les yeux lorsqu’on est devant des personnes d’un certain âge. Cela peut être vu comme une forme d’insolence.

 

GASTRONOMIE

Le repas se prend accroupi par terre ou assis sur un petit tabouret. On mange dans un plat commun et la plupart du temps à la main (droite ! la gauche est réservée à d’autres usages)
Enlevez vos chaussures avant marcher sur la natte, lavez vous les mains. Avant de commencer à manger, attendez que le maître ou la maîtresse de maison ait prononcé le « Bismilahi ». On ne boit qu’une fois le plat principal fini. Pour son hôte, La maîtresse de maison enlèvera les arêtes du poisson ou avancera les meilleurs morceaux : n’en soyez pas gêné. Le plus souvent, les hommes mangent d’abord, les femmes et les enfants ensuite.

Le thé : la cérémonie du thé est très importante : si vous acceptez le premier, il vous faudra aller jusqu’au troisième, le plus sucré. Prévoyez alors une heure ou deux. elle

idée iconInformations utiles avant votre départ

FORMALITÉS ADMINISTRATIVES

Le passeport doit être valide 6 mois après la date de retour. Pour les belges et français, l’accès au territoire se fait sans visa.

SANTÉ

Le vaccin contre la fièvre jaune n’est pas obligatoire cependant tous les autres vaccins habituels doivent être à jour.

CLIMAT ET ENVIRONNEMENT
Le Sénégal est sur une zone intertropicale, c’est-à-dire que les températures sont toujours élevées. L’année est divisée en deux saisons : la saison sèche d’octobre à juin et la saison des pluies de juillet à septembre.
DÉCALAGE HORAIRE

2h de décalage horaire en moins qu’en France.
+00h00 UTC/GMT

MONNAIE

La monnaie nationale est le Franc CFA.

ÉLECTRICITÉ
Le voltage est de 220, les prises étant les mêmes qu’en France.
RÈGLES À RESPECTER POUR ÉVITER MALADIES ET BOBOS

– Eviter de marcher pieds nus
– Porter des chaussures montantes lors de longues randonnées et la nuit ; certains insectes ou serpents peuvent être venimeux
– Se protéger du soleil par une casquette et de la crème solaire
– Ne pas boire l’eau du robinet
– Bien laver les fruits et légumes

À FAIRE / À NE PAS FAIRE
  • Lors de vos déplacements conservez une tenue correcte, évitez les décolletés trop généreux et les torses nus et de montrer vos jambes.
  • Portez un maillot lorsque vous êtes sur une plage.
  • Ne pas entrer dans les chambres avec des chaussures;
  • Ne pas refuser de manger quand les circonstances font qu’à l’heure du repas vous vous trouvez chez des gens (même si on n’a pas faim !)
  • Ne pas entrer dans un endroit sans saluer.
  • Évitez les démonstrations d’affection en public.
  • Respectez les habitants et leur environnement, demandez l’autorisation avant de prendre une photo même s’il s’agit d’un enfant.
  • Montrez votre appareil et faite un geste pour vous faire comprendre et attendez son accord.
  • Respectez la nature. Ne jetez rien. Ne cueillez rien surtout dans un parc national, enfin écoutez les conseils de vos guides et essayez de ne pas déranger la faune, par exemple ne touchez pas et n’approchez pas les animaux de trop près.
  • Ne donnez pas d’argent aux enfants, la mendicité n’est pas une solution. S’il s’agit d’une personne âgée ou d’un infirme à vous de juger selon le contexte.
  • A l’exception de quelques monuments, l’accès aux mosquées et aux lieux saints est interdit aux non-musulmans.
  • Evitez de boire, de manger et de fumer en public dans la journée pendant la période du Ramadan.
  • Évitez de manger ou de boire dans la rue : si vous avez soif et achetez à la boutique une bouteille de soda, buvez-la dans la boutique ou emportez-la et buvez-la dans votre chambre, et pas non plus devant les personnes qui sont dans la maison avec vous sans partager.
  • Ne demandez pas à quelqu’un “tu en veux ?”, il répondra toujours “non” par gêne. Si vous avez quelque chose à partager, faites la distribution sans demander.